{id_article}
 

L’école publique mise à mal

Une ordonnance du 15 juin 2000 rend obligatoire la contribution financière des communes aux établissements privés sous contrat d’association (contrat simple encore facultatif) au delà de tout accord entre les maires. C’est donc bien une volonté manifeste, mise en oeuvre à coup de 49.3, de porter des coups supplémentaires à l’école de la République. Et s’il s’agissait d’une aide à la privatisation rampante des maternelles, comme le prévoit déjà l’AGCS ? La circulaire est parue le 2 décembre 2005 dans un silence médiatique assourdissant, ce qui en dit long !

C’est en plein mois de décembre, un peu avant la « trêve des confiseurs » qu’est parue la circulaire instituant le financement obligatoire par les communes des établissements scolaires privés. Retour sur ce début de privatisation.

Dans le dernier N° de notre journal nous vous faisions part d’une brève qui rapportait : « La commune de résidence d’un élève scolarisé dans une école privée d’une autre commune devra financer le fonctionnement de cette école privée, selon une circulaire parue au " Bulletin officiel de l’Education nationale ». Intrigués nous avons mené l’enquête. Le résultat est édifiant et l’on apprend que la loi qui est à l’origine de cette circulaire a été imposée par le 49.3 sans le vote des députés.

Concurrence libre...

La règle de la concurrence libre et non faussée va donc pouvoir s’exprimer pleinement au sein des structures éducatives privées. Car c’est bien ce que prône l’ordonnance qui fixe une contribution obligatoire sous certaines réserves extrêmement floues. Ce que feu le traité constitutionnel européen n’a pas pu mettre en oeuvre, le 49.3 a pu le faire, sans qu’aucune publicité ne soit faite autour de cette atteinte sans précédent à la laïcité, au service public et à l’autonomie des communes.
Le petites communes rurales seront les premières à faire les frais ce cette loi. En effet, rare sont celles qui possèdent leur propre école primaire et la norme est désormais au ramassage scolaire pour acheminer les élèves, au mieux vers le chef lieu de canton, au pire dans la ville la plus importante, quel que soit l’éloignement. Il sera donc facile aux parents de justifier la carence de la commune et la nécessité d’envoyer son enfant dans l’école de son choix.

Le marché est ouvert

Un véritable marché est donc en train de s’ouvrir et qui ne concernera pas exclusivement les écoles confessionnelles. Il y a fort à parier que ceux qui sont depuis longtemps dans leurs starting-block et qui lorgnent avec appétit sur la petite enfance en général vont se glisser dans ce créneau qui va devenir juteux, puisque les communes seront contraintes de financer.
Et pour ne pas choquer le contribuable la loi dit s’appliquer « conformément au principe de parité ». Les plus avertis auront compris, ce qu’il faut lire à l’évidence : « conformément au principe de la concurrence libre et non faussée ».
Voilà donc un exemple de ce qui peut advenir dès que l’on perd quelque peu la vigilance. Voilà, aussi, une démonstration claire de la capacité que peut avoir la droite à contourner l’expression du suffrage universel qui a clairement, le 29 mai, affirmé son opposition à l’affaiblissement du service public de proximité, dont
l’école fait partie.

Les amis de mes amis....

Chacun sait que c’est essentiellement le Medef qui dirige notre pays. Plus personne n’ignore que ce sont les transnationales et les lobbies financiers qui mènent le monde via l’OMC et ses succursales. Le pouvoir d’un député européen étant proche de zéro, les technocrates et autres groupes d’influence peuvent s’en donner à cœur joie pour pondre toutes les directives nécessaires à faire sauter tous les verrous qui « nuisent » à l’expansion du marché.
La complicité des députés UMP et de la droite qui a conduit le premier ministre de l’époque à se passer du vote des députés pour imposer la privatisation rampante de l’école publique en dit long sur la connivence de ces élus avec un certain nombre de multinationales qui attendent avec impatience l’ouverture à la concurrence de ce secteur hautement symbolique et particulièrement décisif pour maintenir l’égalité de tous dans le domaine de l’éducation et de la cohésion sociale.

René BALME


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Hello world ! [tiré de Oulala le 4 juin 2021]

Le monde d’après [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

Le commerce de la mort [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1965

Thèmes