{id_article}
 

Quand l’UMP agite le chiffon de la peur

Les prises de positions adoptées par l’UMP locale et son « leader » Xavier Odo ont bien démontré, lors des deux derniers conseil municipaux, qu’à Grigny, comme partout en France, la droite use de la peur pour mieux tromper l’opinion publique. Une vieille technique de propagande inventée par qui nous savons.
Ainsi, le 26 octobre 2010, lors d’une motion présentée par Catherine Verzier, élue Front de Gauche pour dénoncer le hold-up de l’État sur les HLM, la droite locale s’est offusquée de l’emploi du mot « hold-up », prétextant que c’est un mot irrespectueux. Pourtant, il n’y a pas de synonyme aussi parlant, puisque le gouvernement va prélever un milliard d’euros aux organismes HLM entre 2011 et 2013. Cette ponction se traduira par une taxe de 2.5 % qui s’ajoutera au montant des loyers collectés, soit environ 80 euros d’augmentation de loyer par an et par locataire.
Cette taxe dont les médias-amis se gardent bien de parler, au moment où nous vivons une crise du logement qui s’aggrave, où le nombre de demandeurs explose, et où les difficultés de paiement des loyer sont de plus en plus fréquentes.
N’oublions pas qu’à Grigny, le parc de logement sociaux représente 34 % de l’habitat, et que nous avons une liste d’attente de plus de 200 familles !
De ce fait, la situation des Grignerots sera durement impactée par cette mesure.
Mais l’UMP de Grigny relativise : par la voix de Xavier Odo nous avons appris que la diminution des recettes de 2.5 % n’est pas « si drastique » pour les organismes HLM (NDLR c’est tout de même 1 milliard d’euros en trois ans !), et « que la France accuse un déficit de 138 milliards d’euros, de ce fait, il faut bien trouver une solution, c’est pourquoi nous devons faire des efforts. »
C’est curieux, en 2009, l’État UMP a bien trouvé une solution pour renflouer les banques, non ? Et avec quel argent ? Avec nos impôts ! Mais cette vérité n’a pas l’air de déranger M. Odo.
Au lieu de se poser les bonnes questions, le leader de l’UMP locale, nous a dressé une nouvelle fois le tableau catastrophique de la crise internationale, et de « la chine qui est prête à mettre sur la table 2 000 milliards d’Euros, et qui pourrait racheter le CAC 40 comme elle a racheté les ports Grecs ». En guise de conclusion à la sauce libérale, Xavier Odo concède sur un ton défaitiste « On peut toujours lutter, mais…pas longtemps ».
Manière de dire « Je sais, c’est dégueulasse, mais on y peut rien »…Et d’agiter la peur du lendemain.

René Balme donne une leçon d’économie à la Droite.

Comme la droite locale a engagé le débat sur l’échelon international, le Maire ne s’est pas privé de donner une leçon d’économie à l’opposition. En rappelant tout simplement que lorsque les banques empruntent à 1% (voire 0%) à la F.E.D ou à la B.C.E., les crédits obtenus sont à leurtour prêtés à l’Etat avec un taux allant jusqu’à…4% ! Et ce sont nos impôts qui remboursent  ! Cette explication avait pour but de prouver que les banques sont responsables de la faillite des États en prêtant de l’argent beaucoup plus cher que ce qu’elles l’ont emprunté.
Cette conséquence du nouvel ordre mondial ne semble pas déranger M. Odo qui n’a pas hésité à répondre au Maire que « le monde dans lequel nous vivons n’est pas un monde de bisounours . » (SIC !). Ce à quoi René Balme a rétorqué qu’il n’est pas normal que l’État s’en prenne au logement social et en affirmant « qu’il faut savoir ce qu’il se passe dans les quartiers, chez les petites gens qui n’ont pas les moyens de se loger convenablement. Alors je sais très bien que nous ne vivons pas dans un monde de bisounours, mais je vous rappelle que l’Etat a le devoir de défendre les intérêts de ses propres citoyens devant le logement, devant la faim, devant la misère, et non pas de défendre uniquement les riches. Pour preuve : les revenus financiers des entreprises et des banques ont augmenté de 143 % entre 1993 et 2009, (Source INSEE »).

Encore la Chine !

Toujours le conseil municipal du 26 octobre. Christian Goubert, Président du groupe des élus Front de Gauche présentait une motion pour dénoncer le passage en force de la réforme des retraites.
À la lecture de la motion, un argumentaire détaillé était fait afin de prouver qu’une autre politique est possible pour réformer plus justement les retraites. L’exemple de la Bolivie fut cité, puisque cet État a récemment avancé l’âge de la retraite de 65 ans à 58 ans pour certaines catégories de travailleurs.
Là encore, Xavier Odo a excellé dans son zèle sarkozyste : « Prendre l’exemple de la Bolivie, est-ce qu’on peut comparer la France et la Bolivie ? C’est vraiment rabaisser le débat ! Comparons ce qui est comparable : en Chine, ils n’ont pas de retraite… ». Décidément, ce pays communiste semble inspirer notre Sarkozy local. Curieux tout de même !
Puis vint le moment où Xavier Odo s’est adressé au président des élus du Front de Gauche sur un ton professoral en expliquant que « la retraite par capitalisation existe déjà depuis longtemps en Angleterre. »
Voilà un aveu intéressant : il est pour un système qui est le suivant : « j’ai du fric, je peux prendre ma retraite à un âge décent, j’en ai pas, donc je continue de travailler, ou je crève ».
Mais le chef de l’opposition locale est parfois malin : il donne l’impression qu’il fait partie de ceux qui veulent sauver le système de retraite par répartition, (comme Sarko) mais il est d’accord pour que la retraite par capitalisation soit légitimée en France, comme Guillaume Sarkozy, frère du Président de la République, et directeur général de Malakoff Médéric, qui est un organisme privé déjà sur les starting blocs pour lancer des fonds de pensions de retraites par…capitalisation !
Et de conclure, toujours à l’adresse de Christian. Goubert que « si on prend de l’argent à des riches comme Madame Bétencourt, je ne suis pas sûr qu’elle sera d’accord ! ». « Pourtant, elle en a déjà donné pas mal à l’UMP, donc elle peut continuer à en donner pour les retraites » a rétorqué René Balme.
Piqué au vif, Xavier Odo s’est alors enfermé dans le ridicule, en prétextant que les déficits (encore eux !) doivent être comblés et en citant l’exemple de l’Allemagne qui a – elle aussi – engagé une réforme de son système de retraites. Il concluait en répliquant à Christian Goubert « j’ai l’impression que vous regrettez le temps du mur de Berlin »
Un anticommunisme primaire pour réveiller la peur de l’inconnu
Ainsi, la vieille rengaine anticommuniste est le seul argument de la Droite Grignerote. Un peu léger Monsieur Odo, il va falloir trouver autre chose !
D’abord parce que parmi les élus du Front de Gauche, certains sont membres du Parti Communiste Français, et nous en sommes fiers ! Parce que le PCF a été en France, l’inspirateur d’une série de conquêtes sociales. Et les élus communistes et apparentés ont toujours revendiqué une société plus juste, une république sociale calquée sur le modèle des Lumière qui ont façonné l’Histoire de notre pays.
N’oublions pas que les Communistes ont compté pour beaucoup dans la Résistance contre toute forme de totalitarisme.
Ainsi, la Chine Communiste, qui s’est éveillée en eldorado pour capitalistes en mal de main d’œuvre à bon marché, n’est pas un modèle gênant pour les aficionados du libéralisme, du moment que les affaires sont juteuses.
Les élus du Front de Gauche proposent tout le contraire : un modèle républicain au sein duquel l’individu, et son environnement sont la priorité absolue au détriment de l’économie de marché.

Savoir dire non

Dés 1940, la France était partagée en deux : les pétainistes qui, au nom « d’un lâche soulagement  » abdiquaient face aux nazis, et les Résistants qui, de tous bords, Gaullistes ou Communistes, refusèrent toute forme de totalitarisme. Il en est de même aujourd’hui. Mais sur fond de guerre économique.
Il y a ceux qui prêchent la parole des banques et du CAC 40 pour mieux enfoncer leur contemporains, et ceux, qui désobéissent et résistent à la pieuvre capitaliste.
Choisis ton camp, Camarade !


 
 
 
Forum lié à cet article


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Le monde d’après [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

Le commerce de la mort [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1960

Thèmes