{id_article}
 

La course à l’info

Une information chasse l’autre de telle manière qu’il ne nous reste en mémoire que quelques éclairs sans aucune hiérarchie ni dans le temps ni dans l’espace. Mais le subconscient est marqué et la peur s’installe... durablement.

Le flot ininterrompu d’informations déversées en vrac par les médias inonde notre quotidien et seul un esprit avisé et qui prend le temps de faire le tri peut s’y retrouver et démêler le vrai de l’approximatif, l’important du superflu.

C’est ainsi que l’on nous vend - puisque l’information est tout sauf gratuite - des peurs ancestrales mises au goût du jour. Réactualisées en fonction de « l’opinion publique » du moment.

La menace terroriste a été supplantée par la grippe aviaire et son hypothétique pandémie. La crise des banlieues l’a bien vite chassée pour s’imposer et, depuis, ce sont les risques de tremblement de terre, les méfaits de l’alcool... et les chutes de neige qui sont appelés à la rescousse pour bien nous inculquer que ce monde - ce putain de monde - est un vrai cloaque doublé d’un coupe gorge et que l’on risque sa vie dès que l’on pointe le nez hors de chez soi. Vous êtes un assassiné en sursis !

Et ce chez-soi - enfin, quand on a la chance d’en avoir un - le pouvoir le cultive car c’est bien là, au chaud et à l’abri de tous ces risques majeurs qui nous cernent, que l’on peut regarder la petite lucarne qui, elle - passées les vomissures de l’info - nous donne à voir et à fantasmer. Et chacun peut s’identifier à son héros. De la Star’Ac au dernier reality show, vous ne rêvez désormais qu’à être la copie conforme de celle ou celui qui est dans le poste.

Vous êtes top-modèle, séducteur ou baiseur intègre... Vous êtes Dieu puisqu’on vous le dit !

Et l’UMP veille sur vous, avec ou sans couvre-feu.


 
 
 
Forum lié à cet article