{id_article}
 

Géant aux pieds d’argile

Les catastrophes naturelles ont ça de bon qu’elles nous
rappellent que nous ne sommes que les invités d’une planète à
l’équilibre écologique fragile. Les Etats-Unis qui se rient de tous
les traités internationaux dans le domaine de l’environnement
sont en train de payer le prix fort, et ce n’est qu’un début.

La manière dont ont été appréhendés la prévention puis
l’organisation des secours dans la Nouvelle Orléans dévastée - et
aujourd’hui au Texas - nous laisse pantois. L’arrogance de la
clique mafieuse placée à la tête du pays le plus armé au monde - et qui lance, dans le silence assourdissant des autres nations,
ses troupes d’occupation au quatre coins de la planète - a cédé le
pas à une piètre vision d’inorganisation et d’incompétence.

La démonstration planétaire est ainsi faite qu’en l’absence de
services publics compétents et organisés et d’un État fort et
structuré, un pays, quelles que soient sa taille, sa richesse et sa force
militaire est incapable de faire face à une catastrophe naturelle
de grande ampleur. Ce constat doit nous rappeler que l’Accord
général sur le commerce des services (AGCS), initié notamment
par les USA, vise à faire disparaître, en les offrant aux grands
groupes privés, tous les services publics existants, à l’échelle
planétaire, et à placer le pouvoir politique national, régional et
local sous l’autorité exclusive de l’Organisation Mondiale du
Commerce (OMC).

Ce n’est certainement pas de ce monde là que nous voulons et
le modèle américain dont on nous rebat les oreilles, a fait, au
cours de ces dernières années, la démonstration qu’il était
incapable d’assurer la protection de son peuple dans des
circonstances qui n’ont rien d’exceptionnelles.

Faut-il rappeler qu’il y a tout juste un an un ouragan de
force 5 avait frappé Cuba ( le plus violent depuis 50 ans) et
qu’aucune victime ne fut à déplorer tant l’organisation de la
prévention fut exemplaire.

A méditer...


 
 
 
Forum lié à cet article