{id_article}
 
Pendant que Hollande et Sarkozy vous prennent pour des buses

Bolkenstein : mensonge présidentiel... au Luxembourg

Le texte ci-dessous est un extrait de ce qui est publié sur le site du gouvernement du Luxembourg. A sa lecture, il est clair que les ténors du camp du oui, en France, vous mentent... et que le Président du Luxembourg ne connait pas les compétences du Conseil européen ou bien est pris en flagrant délit de désinformation.

Directive sur l’ouverture des marchés des services

Le Conseil européen s’est également saisi de la directive sur l’ouverture des services. Le Premier ministre Jean-Claude Juncker a longuement commenté l’enjeu de la directive : "J’avais demandé au président de la Commission et aux membres du Conseil européen d’essayer de nous mettre d’accord sur le traitement qu’il convenait d’apporter à la directive sur l’ouverture des marchés des services. Nous avons eu un échange de vues. Le débat était vertueux, ce qui nous a permis de nous mettre d’accord sur les démarches à entreprendre.

Nous sommes tombés d’accord pour dire que le marché intérieur des services doit devenir pleinement opérationnel pour pouvoir promouvoir la croissance et l’emploi et renforcer la compétitivité en Europe. Mais le marché des services que nous voulons mettre en place doit préserver le modèle social européen.

Les débats ont montré que la rédaction actuelle de la proposition de la directive, qui est l’œuvre de l’ancienne Commission, ne répond pleinement aux exigences que je viens de décrire, notamment au nécessaire respect du modèle social européen. Par conséquent, le Conseil européen demande que tous les efforts soient entrepris dans le cadre de la procédure législative en cours pour dégager un large consensus qui répondra à l’ensemble des objectifs que je viens de mentionner : ouverture du marché des services, respect du modèle social européen.

La directive ne sera pas retirée. C’est la seule Commission qui pourrait le faire. Le Conseil européen n’a pas le droit de donner des injonctions de ce type à la Commission européenne. [1] Si la directive était retirée, nous donnerions l’impression que l’ouverture des services aurait disparu de l’agenda européen. Elle doit rester sur l’agenda européen puisque la stratégie de Lisbonne, qui parle de croissance, d’emploi et de compétitivité, implique que nous ouvrions le marché des services.

Oui à la libéralisation des services, non au dumping social

La rédaction du texte de la directive tiendra compte du double impératif de l’ouverture du marché des services et du respect du modèle social européen selon la devise : Oui à la libéralisation des services, non au dumping social. Ceux qui voudraient que la directive sur les services soit façonnée de façon telle que les travailleurs perdent tous leurs droits, à ce qu’il y ait une pression malsaine sur le niveau des salaires et un rabaissement des niveaux des droits du travail à travers l’ouverture des marchés, se trompent lourdement.

On donne parfois l’impression que l’Europe se fiche royalement des conséquences de cette directive sur les réalités quotidiennes des gens. Ce n’est pas vrai. Notre travail sera un travail d’examen important de réponse aux attentes qui se sont exprimées. Nous ne prenons pas à la légère ce dossier", a souligné le président du Conseil européen, Jean-Claude Juncker.


Notes

[1Information prise auprès d’un spacialistele, le Conseil européen a bel et bien le pouvoir, non pas de retirer, mais de rejeter une directive. S’il le fait cela signifie qu’elle reste à l’etat de projet et donc devient lettre morte. Il est donc évident que le propos de Junker est une manoeuvre dilatoire.


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Le monde d’après [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

Le commerce de la mort [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1960

Thèmes