{id_article}
 
Retraites

Le système actuel peut et doit être renforcé et amélioré

-  Garantir le droit au départ à 60 ans et le rendre effectif dans les régimes complémentaires.
-  Garantir le droit au départ à 60 ans et le rendre effectif dans les régimes complémentaires, où l’âge de départ reste fixé à 65 ans. Arrêter l’augmentation de la durée de cotisation et revenir vers une durée permettant un départ effectif à 60 ans sans pénalisation.
- Assurer un taux de remplacement moyen d’au moins 75 % du dernier salaire. Cela suppose la remise en cause des mesures qui ont provoqué la baisse : le calcul des retraites sur les 25 meilleures années au lieu des 10 meilleures années dans le privé.
-  L’indexation des retraites sur les prix et non plus sur les salaires.
-  Prendre en compte la pénibilité.
-  Faire qu’aucune retraite ne soit en dessous du SMIC.
-  Valider les périodes de chômage en référence au salaire antérieur.
-  Valider les périodes de stage et toutes celles d’apprentissage, aller vers à la prise en compte des années d’études de formation tant universitaire/supérieure que professionnelle (continue et initiale).
-  Verser les pensions de réversion pour les couples pacsés à égalité avec les couples mariés.

COMMENT Y PARVENIR ?

Une politique volontariste de création d’emplois et de reconversion écologique (dans un régime par répartition, le volume des cotisations est décisif pour assurer le financement ; à titre d’exemple la création de 300 000 emplois par an de 2010 à 2020 rapporterait 24 Md€ par an en retour pour les retraites). Le retour à un taux de chômage frictionnel de 3% est possible mais ce n’est pas l’option du
capitalisme financier qui veut poursuivre la pression sur les salaires pour continuer à favoriser les profits des actionnaires.
Une augmentation des cotisations patronales (suppression des exonérations, instauration d’une
surcotisation sur les emplois précaires et à temps partiel, augmentation du plafond de cotisation, hausse du taux de cotisation…).
Un élargissement de l’assiette des cotisations à l’intéressement, à la participation et aux stock options au même taux que la masse salariale.
La suppression du bouclier fiscal, un prélèvement sur les profits des banques : une taxation des revenus financiers et des dividendes versés aux actionnaires permettrait de boucler le financement nécessaire en orientant les sommes ainsi collectées vers le financement des dépenses relevant de la solidarité (minimum vieillesse, trimestres validés pour chômage, pension de réversion...) permettant d’équilibrer le FSV (Fonds de solidarité vieillesse) aujourd’hui en déficit.

UN CHOIX DE SOCIÉTÉ

N’est-il pas temps, dans le respect des spécificités propres aux différents régimes, que les salariés, et
de façon plus large tous ceux qui relèvent d’un «  régime aligné » (salariés agricoles, RSI) puissent se retrouver dans un dispositif clarifié ?
Deux voies d’évolution, distinctes mais complémentaires peuvent être envisagées :
1 - Le régime général a vocation à devenir le régime de base de tous. Les règles de liquidation des retraites du Régime général s’appliquent d’ores et déjà aux retraites de base des régimes dits « alignés » ; d’autres régimes pourraient faire leurs, ces règles. Leur spécificité se matérialisant par la création d’un régime complémentaire spécifique permettant aux différentes catégories de salariés de préserver les droits qui sont les leurs.
2 - Le régime général a vocation à devenir le régime unique des salariés. L’existence d’un «  salaire plafond  » limite l’espace contributif du RG. Ainsi les retraites qu’il sert sont insuffisantes pour assurer les « moyens suffisants » voulus par l’ordonnance de 1945. Aussi, cette insuffisance a entraîné la création des régimes complémentaires du privé : rapide pour les cadres (l’AGIRC a été créé en mars 1947), tardive pour les non cadres (l’ARRCO date de décembre 1961). Le RG pourrait progressivement conquérir cet espace ; le déplafonnement des cotisations en serait un levier essentiel.

CONCLUSION

Au-delà de la répartition des richesses, c’est un choix de société qui se joue.


 
P.S.

Cet article est extrait de : La retraite c’est fantastique et c’est possible.
Projet du PG pour l’avenir de nos retraites.

télécharger ci-dessous

 
info portfolio

La retraite c’est fantastique
 
Forum lié à cet article


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Le monde d’après [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

Le commerce de la mort [tiré de Oulala le 24 juillet 2015]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1960

Thèmes